Aurélie Filippetti : « Un nouveau système pour les intermittents »

@Laculture.info

@Laculture.info

Arrivée à Avignon en début d’après-midi alors même que les différents collectifs d’intermittents peaufinaient leurs actions pour la fin de journée, la ministre de la culture Aurélie Filippetti a fait une courte déclaration depuis les locaux de la Préfecture de Vaucluse où l’attendaient de très nombreux journalistes. « Je suis à Avignon car mon rôle est d’être à Avignon, a-t-elle affirmé à son arrivée, je veux rencontrer les artistes et les techniciens afin de leur parler des négociations en cours. Je suis là pour répondre à leurs inquiétudes et pour leur dire que cette concertation qu’on a lancée va permettre de mettre sur pied d’ici la fin de l’année un nouveau système qui permettra de sortir des crises à répétitions et de la stigmatisation qui touche les intermittents qui souffrent de cette situation ».

C’est donc une main tendue et une invitation au dialogue que lance la ministre aux intermittents qui, pour l’instant, l’ont repoussée. Un moment évoquée, la rencontre avec une délégation n’a pas pu avoir lieu, ces derniers ayant décliné l’invitation. Ils mènent en ce moment plusieurs actions dans le centre ville d’Avignon et du côté de la FabricA, le lieu de représentation du In dans le quartier populaire de Monclar.

En ce moment, à Villeneuve, où elle assiste à un séminaire de clôture des Directions régionales des affaires culturelles, la ministre doit passer encore la soirée et la journée de demain à Avignon.

Hormis une rencontre avec des élus du Parti socialiste à laquelle devrait assister Cécile Helle, le maire d’Avignon, son programme est toujours très flou. Très évasif sur l’emploi du temps de la ministre, le cabinet d’Aurélie Filippetti préfère laisser infuser l’idée qu’elle ne craint pas d’aller au contact des intermittents qui clament depuis le début du festival que tous les membres du Gouvernement étaient persona non grata.

La possibilité qu’elle assiste à un spectacle n’a pas été clairement écartée. « Moi je regrette qu’aujourd’hui il y ait des salles de spectacles où aujourd’hui on mette des oukases contre certaines personnalités. C’est extrêmement inquiétant parce que la culture c’est la liberté et ça doit rester la liberté », a réagi la ministre.

Plus d’informations à suivre sur LaProvence.com et retrouvez l’intégralité du compte-rendu de la visite de la ministre demain dans La Provence Avignon.

Lien de la video réalisé par La Provence:

Vidéo de La Provence

Source

  • About post
2000-2015 © Informations et Ressources de la Culture et du Spectacle vivant en Europe